Friday, September 28, 2012

Un Médicament : 500.000 malades tués !!!

Le Médiator : un médicament-poison qui a tué 500.000 malades qui le prenaient sur prescrition de médecins compétents. Mais plusieurs médicaments ont des effets graves sur la santé, d'autres ne soignent rien.
L'enquêtrice Caroline Lalo annonce d'emblée : Je dénonce le scandale des médicaments qui tuent.
Son livre accroche tout de suite l'attention parce qu'il dévoile la chaîne des connivences et des complicités ministérielles.
Des chercheurs découvrent des molécules, des laboratoires fabriquent des médicaments à effets multiples. Certains médicaments stabilisent la patologie contre laquelle ils ont été prescrits mais provoquent des maladies plus graves 
Avec ces médicaments les laboratoires  empoisonnent volontairement les malades. Or ils sont tenus par la loi d'indiquer sur la notice tous les effets nocifs. Par contre ils ne sont pas du tout autorisés de mettre en vente des médicaments qui tuent. 
Le danger de mort que représentait le Médiator était indiqué sur la notice comme un simple effet dit secondaire sans autre précision.         
L'Agence de sécurité de la santé en France le savait.
Des ministres français le savaient.
De hauts fonctionnaires français le savaient.
Les médecins qui prescrivaient le Médiator savaient également qu'ils empoisonnaient leurs malades.
Tout le scandale est là.
D'où vient la puissance des laboratoires pharmaceutiques pour mettre à leurs bottes tout ce beau monde ?
Caroline Lalo explique tout simplement :
De nombreux fonctionnaires ont débuté leur carrière professionnelle dans les laboratoires.
De nombreux médecins sont redevables aux laboratoires qui ont financé une partie de leurs études et leurs thèses doctorales.
Caroline Lalo désigne nommément Bernard Kouchner* et Xavier Bertrand pour leurs liens avec les laboratoires pharmaceutiques.
L'on comprend qu'il a fallu l'empoisonnement de cinq cents mille malades pour que le Médiator soit interdit de vente.
500.000 morts, un véritable génocide.
Le dossier est en Justice. Le patron de laboratoire risque 6 mois de prison avec sursis et une légère amende de quelques milliers d'euros...
Pour homicide involontaire.
---------------
Hocine Mahdi
---------Le 28 septembre 2012
-------------------------------------------
*) Ministre de la santé, l'humaniste Bernard Kouchner avait suggéré de vendre aux Africains les médicaments interdits en France...Pour permettre aux laboratoires de récupérer les frais qu'ils ont investi dans la recherche. Les pôvres !
--------------------------------------------
"Le livre noir des médicaments" de Caroline Lalo. Plon, éditeur.   
    

Saturday, September 22, 2012

Que Tu Serais Belle Liberté Si...

La justice est ce qu'en font les juges qui ont la charge de l'appliquer.
Elle est bonne quand les juges sont compétents, consciencieux et humains.
Elle est ignoble quand les juges sont incompétents, malhonnêtes,
en service commandé, sous la pression d'intérêts occultes,
Politiques et financiers, extra judiciaires.
Il en est de même pour la liberté d'expression et de la liberté de la presse.
Elle sont à l'image des hommes et des femmes qui en font usage.
Il y a le journaliste consciencieux et honnête.
Il y a le manipulateur de l'opinion.
Il y a le propagandiste.
Il y a le larbin.
Il y a le pyromane.
L'équipe de Charlie Hebdo s'est alignée avec les pyromanes.
46 morts* et des dizaines de blessés en Asie et dans le monde Arabe
Mais le chef de l'équipe C.H. gonfle la poitrine de satisfaction en déclarant :
"Je n'ai pas le sentiment d'avoir égorger quelqu'un".
Il en a du toupet le Philippe Val, sioniste d'obédience et islamophobe notoire.
Et de jurer qu'il continuera sur cette ligne éditoriale xénophobe
Jusqu'à la banalisation de l'Islam.
Beau projet : cultiver la haine et semer des cadavres au profit de qui ?
Dans notre chronique** d'avant hier nous avons décrit l'acharnement
Que mettent les paparazzis pour prendre en photos des couples célèbres
Sans leur permission et à leur insu grâce à un matériel sophistiqué.
Des photos coquines et sales que les journaux achètent à prix de diamant.
Ce commerce est interdit par la loi mais comme la sanction financière est ridicule
Patrons de journaux et paparazzis crachent royalement sur la Justice
Pour satisfaire le voyeurisme d'un lectorat aisé
Qui se chiffre par millions et paie sans rechigner.
Les déclarations de Philippe Val nous ont ramené quarante ans en arrière.
A la période la plus noire de la république française post-coloniale.
Les terribles années 1960/1980 où la chasse du bougnoule
Etait devenue un sport national pour les extrémistes.
Politiciens, journaux, intellectuels, policiers, gendarmes semaient la haine,
Ciblant particulièrement les travailleurs algériens et leurs familles.
Des enfants de 8 ans et 11 ans furent froidement abattus, d'autres torturés
Par des citoyens français que l'ont qualifiait de paisibles travailleurs,
Bons pères, bons époux. pas racistes du tout et tralala, tralala, tralala...
En cette noire période policiers, gendarmes et pied-noirs ayant fui l'Algérie
N'avaient pas encore  digéré la perte de leur statut
De dominateurs et d'esclavagistes sous le régime colonial.
En France ils étaient mal vus par une catégorie de Français.
Ce qui redoublait leur haine contre les travailleurs algériens.
Ceux-ci étaient insultés, provoqués, contrôlés,
Maltraités, à chaque coin de rue.
Tous coupables de quelque chose sans le savoir :
Délit de faciès...
Magistrats, politiciens et journalistes
Trouvaient aux agresseurs des circonstances atténuantes.
L'image préfabriquée par le système coloniale
De l'arabe fourbe, paresseux, sauvage
Excusait toutes les "bavures" policières,
Les agressions, les provocations, la torture.
Jamais le discours lepéniste, adoubé par les médias publics et privés,
Repris par la presse, amplifié par la vox populi
N'a eu autant d'impact sur les nostalgiques et les frustrés.
Jamais la haine de l'immigré maghrébin n'a autant tué d'innocents
Après l'indépendance de l'Algérie et en période de paix.
Heureusement une belle jeunesse, composée de français et de beurs***,
Avait organisé la marche de la fraternité
Pour mettre fin au massacre des innocents
A défaut de tuer la haine artificielle
Fabriquée par des politiciens et des journalistes
En mal de popularité et d'idées constructives, utiles à la nation française.
De notre point de vue les journalistes étaient aussi coupables que les tueurs.
Ils étaient des pyromanes qui allumaient les brasiers de la haine
Tant souhaités par des politiciens à la recherche de diversion
Car incapables de répondre aux attentes de leurs électeurs.
En s'abritant aujourd'hui derrière la liberté d'expression
Et la liberté de la presse, le respect de la loi
les journalistes de Charlie Hebdo ne font guère mieux.
Ils sont en service commandé.
Philippe Val peut ne pas avoir le sentiment de n'avoir égorgé personne.
Des milliers de kilomètres le séparent de ceux qui se font tués à cause de lui.
Il a armé les tueurs.
Il leur a insufflé le poison de la haine.
Il a éveillé en eux de vieilles rancunes en attente d'un prétexte pour s'exprimer.
Et, ce qui est criminel, il souhaite parvenir à ce résultat sanglant.
La publication des caricatures a l'apparence d'un acte intellectuel
En vérité c'est un acte bassement lepéniste,
Volontairement provocateur parce que Phlippe Val est sioniste...
Sioniste et islamophobe jusqu'au bout des ongles.
Et le ministre de l'intérieur français Vals le sait très bien.
Ils sont de la même tendance.
Alors pourquoi la lâcheté intellectuelle
De se cacher derrière la liberté de la presse ?
Allumer un incendie ou verser de l'huile sur un brasier
Pour entretenir et exacerber la haine,
Est-ce du journalisme ?
De la propagande ?
Du commerce ?
De la prostitution intellectuelle ?
-------

Hocine Mahdi

---------------Le 22 septembre 2012
---------------------------------------
*) L'ambassadeur américain et ses collègues ne sont pas compris dans ce chiffre du fait que les diplomates US. sont des cibles constantes et partout d'El Qaïda.
**) Lire "l'Odieux assassinat d'une princesse" 20 sept 2012     
***) En solidarité avec cette merveilleuse jeunesse j'ai publié mon premier livre "Mourir en France" en 1983.  

Thursday, September 20, 2012

Liberté de la presse : L'Odieux Assassinat d'une Princesse

Une meute de photographes aux aguêts
Comme des charognards affamés
Surveillant les moindres gestes
D'une gentille princesse.
Toute la nuit
Et jusqu'au matin.
Dans une perfide compéttion :
Prendre le cliché
Le plus déshonorant
Pour la belle princesse.
Trophé :
Un gros chèque et la célébrité
Dans le monde entier assurés.
Harcèlement de tous les instants.
La liberté de l'autre c'est du vent
Quand la liberté de la presse décide
De piétiner la liberté des autres,
De violer l'intimité des autres
Et de trainer dans la boue les autres.
Une meute de charognards aux aguêts
Pour déchiqueter une princesse...
Liberté d'expression...
Liberté de la presse...
Dictature contre les droits des autres,
Sans déontologie, sans respect.
Traquée au petit matin
Par la meute affamée de gloire...
Ne sachant où fuir
Diana s'écrasa dans un tunnel.
Paix à son âme.
Liberté d'expression pas responsable
Liberté de la presse non coupable.
L'accident c'est une oeuvre divine
Le journalisme est le droit
De salir,
De mentir,
De pourchasser,
De tuer
Au nom de la liberté d'expression.
--------------

Hocine mahdi

--------------Le 20 septembre 2012
_____________________________________________________
 NB... L'accident de la princesse Diana a donné aux charognards l'opportunité de prendre des photos d'une exceptionnelle valeur marchande. Mieux que s'ils avaient pris la princesse en flagrant délit de bousboussades passionnées avec son amant. Scène dont rafollent les lecteurs de la presse populiste.
Ce jour là, les journalistes ont assassiné la princesse et déshonoré la liberté de la presse et la justice.
Ce texte, je l'ai écrit le jour de l'assassinat de Diana sous le coup de l'émotion. Dans mon esprit l'accident est la conséquence directe du harcèlement des photographes. En cherchant à les fuir Diana s'est tuée.
Mais les photographes, chasseurs de primes, ont continué de pourchasser des femmes et des hommes à qui ils ne reconnaissent pas le droit à l'intimité et à qui ils ne demandent pas l'autorisation de les prendre en photo alors que la loi les y oblige. Il y a des journaux qui ne prospèrent qu'en salissant les autres. La loi doit être révisée et les sanctions financières multipliées par cent mille pour les empêcher de faire du mal aux autres.
Nous sommes tous pour la liberté d'expression mais dans le respect des règles déontologiques.  
----------------------------------------------------------

Wednesday, September 19, 2012

Liberté d'Expression ou Liberté d'Agression ?

La liberté de la presse ne s'use que si l'on ne s'en sert pas.
Célèbre devise d'un canard  "déchaîné" que nous aimons
Bien que nous ne soyons pas toujours d'accord avec lui.
La presse occidentale a toutes les libertés,
Elle en use en tout et contre tous...
Elle en abuse très souvent...
Sauf contre le régime d'apartheid sioniste
Qui lui dicte ce qu'elle ne doit pas faire.
Pour vendre du papier à prix d'or
Elle agresse, chez eux, des couples
En photographiant
A leur insu et contre leur volonté
Des épouses nues.
Photos* qui seront à la "une"
De tous les torchons et médias
Dont le public désoeuvré est friand
A l'obsession...
Liberté d'expression ?
Liberté d'agression ?
C'est une violation des libertés individuelles.
C'est une agression caractérisée
Contre la dignité humaine.
Mais les journalistes commettent ce  crime
Au non de la liberté d'expression.                
Rien ne compte à leurs yeux
En dehors du gros chèque
Que rapporte le scoop.
-------------

Hocine Mahdi

------------------Le 19 septembre 2012
*) Cet acte est puni par la loi. Mais les amendes sont tellement ridicules qu'elles ne dissuadent pas  la presse à  scandale à violer la loi. Une photo d'une princesse nue en  "Une" d'un magazine c'est la garantie de la vente de millions d'exemplaires. Amende maximale : 1.500 euros. Calculez les bénéfices du torchon. Tout n'est qu'une sordide question de rentabilité commerciale. Point de morale.  

Tuesday, September 18, 2012

Constantine Défugurée

Ce texte est illisible sur l'image en PDF du journal an'nasr publiée en troisième position.
Titre : Constantine Splendeur et délabrement

Article du quotidien arabophone de Constantine An'nasr du 18 Septembre 2012



                                                     



أعاد الكاتب حسين مهدي استخراج مخطوطات كتابه "قسنطينة إشراق و خراب"ليبحث لها من جديد عن ناشر، المخطوطات لم يسعفها الحظ في رؤية النور عام 2009تاريخ وضع المؤلف نقطة نهاية لرحلة تقصي الحقائق حول أسباب فقدان المدينة العتيقة لأهم معالمها القديمة و تحفها المعمارية التي صنعت فخرها و تميّزها استغرقت حوالي عشر سنوات كرّسها الباحث في جمع شهادات حية و صور تبرز معاناة مسقط رأسه. العاشق الهائم بالتراث القسنطيني و بالأخص بشقه المعماري كما يصف نفسه حضر للنصر و هو يحمل في كيس متواضع حصيلة بحث معمق استغرق في جمعه أكثر من عشر سنوات، خصّ فيه الأحياء القديمة الآسرة بجمالها، و ما آلت إليه من تشويه عمراني و حضري، حيث قال الكاتب الذي عرفه الكثيرون بفضل سيناريو فيلم "الثائرون"(76) و شهادات"الموت في فرنسا"(83)و روايته الصادرة عام 1990 الموسومة "لو أن الحقد حكي لي "بأن غيرته على مدينته و تأثره بالوضع الكارثي الذي أصبحت عليه أغلب أحيائها و أزقتها القديمة و معالمها الأثرية المتميّزة، و الحزن الذي حاصره طيلة سنوات عاش خلالها على أعصابه و هو يشاهد بكل حسرة عمليات التهديم و التخريب الطوعية لتحف معمارية و بنايات يزيد عمرها عن الستة قرون بأيد جزائرية، دفعته لحمل كاميراته و التوّغل في عمق المدينة القديمة و التنقل بين أحضان الصخر العتيق بحثا عن أجوبة لأسئلة كثيرة حيرته و آلمته أهمها"كيف لتراث عتيق نجا وصمد في وجه المستدمر الفرنسي رغم محاولاته المتكررة لطمسه بشتى الطرق و الوسائل أن يتعرّض للدمار و طمس تاريخ مهم بأيدي أبنائه؟"إشارة إلى ما حلّ بأحياء عريقة كالسويقة و رحبة الصوف و سيدي لجليس...و غيرها من الأحياء التي تم تشويه سكناتها الضاربة جذورها في عمق تاريخ المدينة الذاكرة أمام مرأى الجميع من مسؤولين محليين، و دعاة الحفاظ على التراث...دون أن يحرّك أحد ساكنا لتوقيف آلة الدمار البشرية كما وصفها التي أفقدت أحد أقدم مدن العالم ميزتها العمرانية، و أخفت بذلك حلقة بل حلقات مهمة من تاريخ سيرتا، ظلت التحف المعمارية شاهدا عليها طيلة قرون من الزمن.
و احتوى الكتاب شهادات حية و قصص مؤثرة تارة و مخزية تارة أخرى جمعها على لسان ملاك أجبروا على مغادرة منازلهم التي يصل عمرها لحوالي 10قرون ليتم هدمها بحجة أنها كانت تشكل خطرا على السكان و المارة. و آخرين ساهموا في تخريب ممتلكاتهم بعد تأجيرها لأشخاص لم يقدّروا قيمتها التاريخية و المعمارية، فراحوا يستعملون أبشع الأساليب لتقليص عمرها كإحداث ثقوب في جدران صلبة و فتح حنفيات الماء فيها طيلة ساعات لإقناع لجان السكن الاجتماعي بضرورة إجلائهم و منحهم سكنات جديدة لحماية أرواحهم من خطر الانهيارات التي تسببوا فيه بقدر كبير.

و بين صورة حزينة و أخرى تقف صورة ثالثة تبعث على الأمل و تعيد نفس و روح قسنطينة العريقة لبيت نجح أصحابه في الحفاظ على نمطه التقليدي الأصيل، و عدم انسياقهم وراء عصرنة العمران التي دفنت ملامح المدينة القديمة.

المؤلف الموسوم"قسنطينة إشراق و خراب:1970-2009"شرّح بالصورة و الكلمة الواقع المر للمدينة، في أربعة فصول تضمن كل واحد عدة عناوين فرعية، استهلها ب"قسنطينة قريبة من السماء"الجزء الذي عدّد فيه الكاتب مناقب المدينة آسرة قلوب المثقفين من رحاّلة و أدباء و شعراء و فنانين عرب و عجم، منتقيا لها صورا لخصّت سحرها الأخاذ مصدر فخرها و غرورها كمدينة يزيد عمرها عن 2500سنة عايشت فيه مختلف الحضارات البربرية، الفينيقية، البزنطية، العثمانية، قبل أن تختفي الصور الزاهية الألوان لتعوّضها صور أخرى كئيبة تحمل ألوان الحداد لبنايات مشوّهة و أخرى تعرّضت للنهب كتلك التي سرقت أبوابها الخشبية بمنحوتاتها المتميّزة التي يزيد عمرها عن المائة سنة و نوافذها القديمة و رخامها... و أرفقت الصور بتعليقات شاهد لم يجد من عبارات المواساة لعاشق مصدوم سوى كلمات اختارها من قاموس مصطلحات الدمار، حيث تنوّعت العناوين في الأجزاء الأخيرة المنتقدة لما آلت إليه مختلف الحدائق و البنايات الحاملة لبصمات تاريخية فريدة، بين "قسنطينة مشوّهة " و تراث مسلوب"...حاول من خلالها حسين مهدي فهم الدوافع التي حالت دون التمكن من إنقاذ التراث العمراني في الوقت المناسب، و تحسّر على هدم معالم معمارية قال أنه كان يجدر استغلالها كركح و فضاء ثقافي بدل الإسراع في تهديمها مستشهدا بأمثلة أهمها بناية الكوليزي التي تساءل عن عدم تعويضها ببناية أخرى لأهمية الموقع بدل تركها كحديقة دون ملامح.

و قال الكاتب أنه اتصل بعدة ناشرين و تفاجأ بردود فعل بعضهم و اعترافهم بعدم استعدادهم لمواجهة تبعيات الكتاب حسبه، مضيفا بأنه لم يفقد الأمل و يصرّ على إصداره داخل الوطن بدل اللجوء إلى دور نشر أجنبية لتجنب الحساسيات.

و بالإضافة إلى "قسنطينة إشراق و خراب" كشف الشاعر و الكاتب عن إبداء دار النشر الفرنسية"لو طون دي سيريز" موافقتها لإصدار روايته الجديدة "فريدة و عتيقة جهنّم النساء"التي يسرد فيها كفاح نساء في مواجهة الذهنية الرجالية. مريم/ب

--------------------------------------------------------

Article du quotidien arabophone de Constantine An'nasr du 18 Septembre 2012




Constantine : Patrimoine Saccagé



الكاتب حسين مهدي يرثي قسنطينة

أعاد الكاتب حسين مهدي استخراج مخطوطات كتابه "قسنطينة إشراق و خراب"ليبحث لها من جديد عن ناشر، المخطوطات لم يسعفها الحظ في رؤية النور عام 2009تاريخ وضع المؤلف نقطة نهاية لرحلة تقصي الحقائق حول أسباب فقدان المدينة العتيقة لأهم معالمها القديمة و تحفها المعمارية التي صنعت فخرها و تميّزها استغرقت حوالي عشر سنوات كرّسها الباحث في جمع شهادات حية و صور تبرز معاناة مسقط رأسه. العاشق الهائم بالتراث القسنطيني و بالأخص بشقه المعماري كما يصف نفسه حضر للنصر و هو يحمل في كيس متواضع حصيلة بحث معمق استغرق في جمعه أكثر من عشر سنوات، خصّ فيه الأحياء القديمة الآسرة بجمالها، و ما آلت إليه من تشويه عمراني و حضري، حيث قال الكاتب الذي عرفه الكثيرون بفضل سيناريو فيلم "الثائرون"(76) و شهادات"الموت في فرنسا"(83)و روايته الصادرة عام 1990 الموسومة "لو أن الحقد حكي لي "بأن غيرته على مدينته و تأثره بالوضع الكارثي الذي أصبحت عليه أغلب أحيائها و أزقتها القديمة و معالمها الأثرية المتميّزة، و الحزن الذي حاصره طيلة سنوات عاش خلالها على أعصابه و هو يشاهد بكل حسرة عمليات التهديم و التخريب الطوعية لتحف معمارية و بنايات يزيد عمرها عن الستة قرون بأيد جزائرية، دفعته لحمل كاميراته و التوّغل في عمق المدينة القديمة و التنقل بين أحضان الصخر العتيق بحثا عن أجوبة لأسئلة كثيرة حيرته و آلمته أهمها"كيف لتراث عتيق نجا وصمد في وجه المستدمر الفرنسي رغم محاولاته المتكررة لطمسه بشتى الطرق و الوسائل أن يتعرّض للدمار و طمس تاريخ مهم بأيدي أبنائه؟"إشارة إلى ما حلّ بأحياء عريقة كالسويقة و رحبة الصوف و سيدي لجليس...و غيرها من الأحياء التي تم تشويه سكناتها الضاربة جذورها في عمق تاريخ المدينة الذاكرة أمام مرأى الجميع من مسؤولين محليين، و دعاة الحفاظ على التراث...دون أن يحرّك أحد ساكنا لتوقيف آلة الدمار البشرية كما وصفها التي أفقدت أحد أقدم مدن العالم ميزتها العمرانية، و أخفت بذلك حلقة بل حلقات مهمة من تاريخ سيرتا، ظلت التحف المعمارية شاهدا عليها طيلة قرون من الزمن.

و احتوى الكتاب شهادات حية و قصص مؤثرة تارة و مخزية تارة أخرى جمعها على لسان ملاك أجبروا على مغادرة منازلهم التي يصل عمرها لحوالي 10قرون ليتم هدمها بحجة أنها كانت تشكل خطرا على السكان و المارة. و آخرين ساهموا في تخريب ممتلكاتهم بعد تأجيرها لأشخاص لم يقدّروا قيمتها التاريخية و المعمارية، فراحوا يستعملون أبشع الأساليب لتقليص عمرها كإحداث ثقوب في جدران صلبة و فتح حنفيات الماء فيها طيلة ساعات لإقناع لجان السكن الاجتماعي بضرورة إجلائهم و منحهم سكنات جديدة لحماية أرواحهم من خطر الانهيارات التي تسببوا فيه بقدر كبير.

و بين صورة حزينة و أخرى تقف صورة ثالثة تبعث على الأمل و تعيد نفس و روح قسنطينة العريقة لبيت نجح أصحابه في الحفاظ على نمطه التقليدي الأصيل، و عدم انسياقهم وراء عصرنة العمران التي دفنت ملامح المدينة القديمة.

المؤلف الموسوم"قسنطينة إشراق و خراب:1970-2009"شرّح بالصورة و الكلمة الواقع المر للمدينة، في أربعة فصول تضمن كل واحد عدة عناوين فرعية، استهلها ب"قسنطينة قريبة من السماء"الجزء الذي عدّد فيه الكاتب مناقب المدينة آسرة قلوب المثقفين من رحاّلة و أدباء و شعراء و فنانين عرب و عجم، منتقيا لها صورا لخصّت سحرها الأخاذ مصدر فخرها و غرورها كمدينة يزيد عمرها عن 2500سنة عايشت فيه مختلف الحضارات البربرية، الفينيقية، البزنطية، العثمانية، قبل أن تختفي الصور الزاهية الألوان لتعوّضها صور أخرى كئيبة تحمل ألوان الحداد لبنايات مشوّهة و أخرى تعرّضت للنهب كتلك التي سرقت أبوابها الخشبية بمنحوتاتها المتميّزة التي يزيد عمرها عن المائة سنة و نوافذها القديمة و رخامها... و أرفقت الصور بتعليقات شاهد لم يجد من عبارات المواساة لعاشق مصدوم سوى كلمات اختارها من قاموس مصطلحات الدمار، حيث تنوّعت العناوين في الأجزاء الأخيرة المنتقدة لما آلت إليه مختلف الحدائق و البنايات الحاملة لبصمات تاريخية فريدة، بين "قسنطينة مشوّهة " و تراث مسلوب"...حاول من خلالها حسين مهدي فهم الدوافع التي حالت دون التمكن من إنقاذ التراث العمراني في الوقت المناسب، و تحسّر على هدم معالم معمارية قال أنه كان يجدر استغلالها كركح و فضاء ثقافي بدل الإسراع في تهديمها مستشهدا بأمثلة أهمها بناية الكوليزي التي تساءل عن عدم تعويضها ببناية أخرى لأهمية الموقع بدل تركها كحديقة دون ملامح.

و قال الكاتب أنه اتصل بعدة ناشرين و تفاجأ بردود فعل بعضهم و اعترافهم بعدم استعدادهم لمواجهة تبعيات الكتاب حسبه، مضيفا بأنه لم يفقد الأمل و يصرّ على إصداره داخل الوطن بدل اللجوء إلى دور نشر أجنبية لتجنب الحساسيات.

و بالإضافة إلى "قسنطينة إشراق و خراب" كشف الشاعر و الكاتب عن إبداء دار النشر الفرنسية"لو طون دي سيريز" موافقتها لإصدار روايته الجديدة "فريدة و عتيقة جهنّم النساء"التي يسرد فيها كفاح نساء في مواجهة الذهنية الرجالية. مريم/ب
--------------------------------------------------------
Article du quotidien arabophone de Constantine An'nasr du 18 Septembre 2012



Monday, September 17, 2012

Sabra et Chatila : Trente ans De Silence

Silence de l'Occident officiel, celui des palais, celui qui gouverne et exporte par la force des armes les valeurs de la civilisation déshumanisante en Orient.
Il n'aime pas que nous lui rappelions les génocides dont il est le véritable coupable par procuration.
En ce septembre noir de l'an de grâce 1982 les refugiés palestiniens de Sabra et Chatila, au Liban, étaient sous la protection de la France et des USA suite à un accord avec Yasser Arafat contraint de quitter ce pays avec ses troupes de résistants.
Le 14 septembre 1982 le président libanais Béchir Gemayel a été assassiné avec la bénédiction de Ménaheim Bégin et d'Ariel Sharon qui l'accusaient de les avoir trahis alors que ce sont eux qui l'avaient hissé à la tête de l'Etat libanais. 
Béchir Gémayel avait gagné l'amour des extrémistes sionistes en déclarant au Nouvel Observateur que le peuple palestinien était ''de trop''. 
Son assassinat avait libéré la haine qu'éprouvaient les phalanges chrétiennes à l'égard des réfugiés palestiniens. Quand à Sharon il ne parvenait pas à digérer de n'avoir pu tué Yasser Arafat.
Vengeance !
Vengeance !
Le 15 septembre les phalangistes chrétiens, sous le commandement d'Ariel Sharon, ont pénétré dans Sabra et Chatila, camps surpeuplés de réfugiés palestiniens.
Trois jours de massacres à huis-clos.
Les soldats sionistes barraient toutes les issues des camps pour qu'il y ait le moins possible de survivants. A ce sujet les phalangistes chrétiens déclareront fièrement à la presse internationale :"Les Israëliens nous ont laissé faire parce que nous sommes mieux qu'eux en la matière".
C'est-à-dire plus efficaces.
Trois jours d'un autre septembre noir pour les réfugiés palestiniens au sein d'une humanité indifférente.
Les chancelleries occidentales pas aveugles, pas sourdes mais muettes.
Les chancelleries arabes aveugles, sourdes et muettes.
Les peuples arabes interdits de manifester leur solidarité avec la Palestine.
Mitterrand et Reagan faisant semblant de croire aux mensonges de Menaheim Begin qui faisait semblant de les rassurer :
-"Tout va bien, pas de problème..."
Reagan, particulièrement, étouffait de rage car il ne pouvait rien contre celui qui le prenait pour un imbécile. La couleuvre était tellement grosse et indigeste. Mais il a dû l'avaler pour ne pas se mettre à dos les lobbys sionistes qui font et défont les présidents en Amérique et dans une partie de l'Europe.
Comme toujours les médias lourds bien pensants de l'Occident civilisé ont tout vu, tout entendu, tout filmé mais gardent le silence sur le génocide. Ils ont des récompenses sous la forme de juteuses commandes publicitaires.
Un commerce ignoble entre les sphères politiques, intellectuelles, médiatiques et commerciales. C'est la communication à la Murdoch. 
Le silence se vend comme les mensonges.
Mais quelques journalistes ont contourné cette censure en écrivant des témoignages bouleversants sur les massacres.
L'Israëlien Amnon Kapéliouk a retenu notre attention parce que son enquête nous semble indépendante. Ce n'est pas seulement le journaliste qui informe. Nous ressentons sa honte et son indignation à travers les témoignages de ses confrères qu'il reprend comme pour crier à son gouvernement :
-"vous faites du mal à Israël avec vos crimes barbares, vous êtes la honte de l'humanité".
En même temps nous répondons aux deux questions par lesquelles s'achève la présentation de son ouvrage intitulé  "Sabra et Chatila, enquête sur un massacre".
Qui sont les assassins ?
Nous répondons sans hésitation : 
Begin, Sharon et ses troupes, Saad Haddad et ses troupes, les forces militaires françaises stationnées au Liban pour assurer la sécurité des réfugiés palestiniens après le départ de Yassaer Arafat et son armée du Liban et qui ont laissé faire.
Quelles sont les responsabilités ?
Nous répondons : dans l'ordre, celles de Reagan, de Mitterrand, de la Ligue arabe et de l'ONU qui avaient promis à Yasser Arafat de protéger les réfugiés.Tous avaient la mesure de la haine de Sharon et des phalangistes chrétiens contre les Palestiniens.
Voici quelques extraits de l'enquête de Kapéliouk :
L"envoyé spécial du Washington Post écrit :
- Des maisons ont été détruites et réduites en poussière au moyen de bulldozers...
- Dans un petit jardin, deux femmes gisent, comme deux sacs de blé près des décombres d'où ressort la tête d'un bébé aux yeux fixes. Près d'eux un bébé en langes est inversé sur le dos, la tête écrasée.
- Nous avons trouvé deux fillettes, l'une agée d'environ 11 ans, l'autre de quelques mois, couchées sur le dos, les jambes tendues, la tête percée d'un petit trou.
- Chaque ruelle poussiéreuse raconte sa propre histoire. Près d'une petite boutique, la tête dans la poussière, un vieillard de 70 ans gît, la main encore tendue dans un geste de supplication, tournée vers la chaussure d'une femme restée dans les décombres. Il a été tué à bout portant.
Journalistes et diplomates américains et européens -et parmi eux l'ambassadeur de France Paul Marc Henri- parcourent bientôt ce qui reste des ruelle du camp. Ils découvrent des centaines de corps éparpillés, des membres déchiquetés.
- Une mère serrant son bébé dans ses bras, tous deux abattus d'une balle en pleine tête.
- Des femmes nues, pieds et poings liés derrière le dos.
- Un bébé, la tête écrasée dans une mare de sang, un biberon de lait à ses côtés.
- Sur une planche à repasser on a placé les membres coupés d'un bébé, soigneusement disposés en cercle, la tête couronnant le tout.
Les statistiques de l'UNICEF montrent que pour chaque combattant tombé, 10 enfants ont été tués durant toute la guerre du Liban.
A Sabra et Chatila on a l'impression que les tueurs se sont particulièrement acharnés sur les enfants.
- Complètement effondrée, une mère dira aux journalistes présents : "Je les ai suppliés d'épargner mon fils de 5 ans. Ils m'ont répondu : " Quand il sera grand ce sera un terroriste".
- Djamila raconte aux journalistes : "Vendredi matin je suis retournée au camp pour chercher ma mère. Un milicien m'a surprise. Il m'a attrapée par le bras et m'a conduite jusqu'à une maison proche de la mienne. A l'intérieur il y avait quatre soldats. Il m'a dit : "Déshabille toi et laisse-leur te faire ce qu'il veulent sinon ça ira mal pour toi". Ils m'ont laissé la vie sauve parce que je suis libanaise.
- Un soldat sioniste à bout de nerfs s'en prend à un envoyé spécial du quotidien Maariv : "Pourquoi la presse fait-elle cela ? Pourquoi faut-il écrire tout ça ? Pourquoi ces photos ? Pourquoi ces révélations ? Qui en a besoin ? Cela ne sert que nos ennemis ?
Nous n'avons repris que quelques extraits au hasard de toutes les horreurs  qui ont été racontées par des enquêteurs et des témoins des massacres de Sabra et Chatila.
Toutes les chancelleries occidentales ont reçu des informations plus détaillées.
Mitterrand et Réagan plus que les autres. 
Les magistrats du tribunal international en ont reçues autant que Reagan et Mitterrand mais il leur a été interdit par le veto américain de poursuivre Sharon et Begin pour crimes contre l'humanité .
Les sionistes ont tous les droits parce que l'Allemagne et la France sont minées par un complexe de culpabilité envers eux (crimes nazis et complicité de l'Etat français sous la présidence du maréchal Pétain).
Les sionistes ont tous les droits parce que les USA ont besoin d'eux pour maintenir éternellement le monde arabe dans une situation de ni guerre ni paix.
Les sionistes ont tous les droits parce qu'ils tiennent la finance et les médias entre leurs mains et sont présents dans tous les gouvernements occidentaux.
D'ailleurs avant et après Sabra et Chatila,  avant et après Gaza il y a eu d'autres massacres...
Et il y en aura encore à cause du veto des USA qui s'opposent à une réelle paix dans le monde arabe et à l'indépendance de la Palestine sous des prétextes comiques.  
----
Hocine Mahdi
-----------------Le 17 septembre 2012              
    
  
  

Saturday, September 15, 2012

Souveraineté Confisquée, Liberté Surveillée...

En Europe et en Amérique la liberté d'expression et la souveraineté citoyenne sont à l'origine du foisonnement de la production scientifique, technologique et culturelle. C'est un acquis irréversible que les gouvernants occidendaux tentent parfois de brider sans succès. Même Franco, Mussolini et Hitler ont fini par baisser les bras et mordre  la poussière. Que d'écrivains, de poètes, d'artistes, de journalistes avaient-ils liquidés sans parvenir à imposer complètement le silence à des hommes nés libres dans un pays libre où le livre et trois ou quatre journaux sont intégrés dans le budget quotidien des dépenses alimentaires. 

En Orient les hommes naissent théoriquement avec les mêmes droits et les mêmes devoirs citoyens que les occidendaux. C'est du moins ce que disent la constitution et la loi.

En réalité ils naissent et grandissent privés du droit de jouir de leurs droits citoyens. Mais ils se taisent, se laissent faire, se soumettent, aliènent leur liberté constitutionnelle de revendiquer leurs droits.

C'est la différence entre l'Occidental et l'Oriental.

Cette différence vient du mode de gouvernance dans les deux sphères.

Les gouvernants occidentaux sont choisis par les citoyens et respectent la Constitution et la loi.

Les gouvernants orientaux s'imposent aux citoyens par les armes et ne se sentent tenus de respecter ni la constitution ni la loi.

Mais à qui est la faute si  l'Oriental risque la prison, l'exil et la mort quand il revendique ses droits citoyens dans son propre pays prétendu indépendant ?

Pendant des décennies nous avons constaté que les dictateurs du monde arabe qui sont imposés par l'armée et les fraudes électorales massives reçoivent immédiatement l'onction de Washington, Berlin, Londres, Paris.

Ils ne reçoivent pas seulement l'onction.

Ils reçoivent aussi l'argent, les armes, des conseillers militaires, des gardes du corps.

N'est-ce pas le cas de Zinedine Ben Ali et d'El Guedhafi avec Chirac et Sarkozy ?

N'est-ce pas le cas de Moubarak avec Bill Clinton et les Bush père et fils ?

N'est-ce pas ce qui explique la récupération des révoltes populaires arabes par les compagnons des dictateurs déchus ?

Voyez-vous ? 

Les choses sont vraiment compliquées pour le citoyen oriental ?

Il ne comprend pas pourquoi les gouvernants des grandes démocraties du monde aiment-ils les dictateurs et les rois sanguinaires qui étouffent les libertés citoyennes dans le monde arabe ?  

Il ne rêve que d'une chose : jouir de ses droits citoyens sans descendre dans la rue et se faire massacrer par des gouvernants qui ne respectent ni la Constitution ni les lois. 

-------

Hocine Mahdi

------------------Le 15 septembre 2012    

Tuesday, September 11, 2012

La ènième Mort de Bouteflika : Du Secret D'Etat A La Rumeur

En Algérie le culte du secret d'Etat et du secret  défense se conjugue à tous les temps.

Toutes les institutions, tous les organismes officiels en usent et en abusent à tort et à travers. Pour un rien on vous oriente au ministre de tutelle.

En Algérie tout est secret d'Etat ou secret défense. C'est ce qui donne à la rumeur une valeur particulière et souvent, faute de démenti d'en haut, sera prise comme vérité.

Ainsi en est-il de la ènième mort fictive de Bouteflika annoncée par un obscure journaliste français à qui s'est présentée la rarissime opportunité de briller sans transpirer.

Les dictateurs arabes n'ont aucun respect à l'égard de leurs concitoyens. Ils n'ont qu'un souci : plaire aux Occidentaux.

Bouteflika n'a pas échappé à cette règle.

Quand il a des déclarations qui intéressent en premier lieu le peuple algérien il invite des journalistes français.

Quand il dresse le bilan de ses activités ce sont des journalistes français qui  en ont la primeur.

Quand il est malade ou quand il subi une intervention chirurgicale ce sont des journalistes français qui nous l'apprennent.en évoquant une vague source officielle qui aurait requis l'anonymat. 

Parfois cela se retourne contre le pays.

Une fois Bouteflika avait appelé son amis Jacques Chirac. Malade, il désirait se faire soigner en France sans que personne le sache. Chirac lui avait promis que toutes les dispositions seront prises pour que le secret soit bien gardé mais il n'avait pas tenu compte des diableries de son ministre et néanmoins ennemi Nicolas Sarkozy.

Celui-ci n'en ratait pas une pour embêter son "crétin" de président. Lequel président sera son adversaire aux élections de 2007.

Les guerres des palais s'alimentent souvent de petites choses insignifiantes. Les cercles sakozystes s'étaient emparé du séjour secret de Bouteflika dans un hôpital français pour agacer Chirac.

Pour Sarkozy ce n'était qu'un divertissement.

Mais pour les citoyens algériens c'était une grande humiliation d'apprendre par les médias français que le président de tous les Algériens s'est fait opéré en secret dans un hôpital militaire en France et que sans la haine que voue Sarkozy à Chirac personne n'aurait jamais rien su. 

Aussitôt se sont mises à circuler dans la rue algérienne des rumeurs sur la gravité et la nature de la maladie de Bouteflika. Cancer de foie, du cerveau, des poumons, blocage des reins, MTS. 

Chacun y allait de son diagnostic.

Pourtant les médecins du président, les médias lourds et les journaux publics se sont donnés un grand mal de communiquer chaque jour un bulletin de santé de Bouteflika. Mais personne n'y croyait. Toute l'attention des citoyens était accrochée à ce qu'écrivaient et racontaient les médias français.

La confiance se construit et se mérite. Ni les services de la présidence ni les médias publics algériens n'ont jamais rien fait en matière de communication pour gagner la confiance des citoyens. Voici pourquoi les rumeurs sont prises pour des informations sérieuses jusqu'à démonstration indiscutable du contraire.

Avant la rumeur lancée par l'obscure journaliste français Bouteflika n'avait reçu ni le nouveau premier ministre ni l'ancien. Pendant des jours il était absent du petit écran. Ce n'était pas dans ses habitudes. Aussi un grand nombre de ses suppoters sur Internet ont été déroutés par la rumeur, comme ses adversaires d'ailleurs.  

N'est-ce pas logique ?

Bouteflika est malade. Nous l'avons tous constaté lors de ses rares sorties. Sa lourde démarche, ses gestes, sa voix, les traits de son visage nous disent qu'il est épuisé. Il n'est plus en phase avec sa charge qui exige énergie et concentration. Il ne semble plus posséder la poigne nécessaire de veiller au bon fonctionnement des institutions ni d'exercer son autorité sur des ministres menteurs et dispendieux comme Djamel Ould Abbès, Ghoul, Benbouzid et bien d'autres.

Il a même oublié qu'il nous avait dit que ses ministres étaient médiocres et incompétents.

C'est une autre malédiction pour l'Algérie parce qu'il a tout fait sauf poser les fondations d'un Etat moderne débarrassé des scories du régionalisme... Un Etat de droit où la souveraineté citoyenne s'exprimera pleinement par le travail, le Savoir, la culture, le respect de la loi et d'autrui, le sens du devoir.

Ses engagements de 1999, 2004 et de 2009 avaient ce contenu. Il a eu tout le temps de les tenir mais il a inscrit toutes ses actions dans la perspective de la sauvegarde des structures du régime de la rente avec tous ses archaïsmes.

Il y a 50 ans c'était l'indépendance.

Bouteflika était ministre.

Pleure ô mon pays bien aimé.

Les hommes qui t'ont libéré du colonialisme ont martyrisé tes pauvres enfants.

Mais l'éternité n'appartient qu'à notre Créateur, le Tout Puissant qui nous rendra justice.

-----------------

Hocine Mahdi

-----------------Le 11 septembre 2011   

             

  

Société : La Prison Invisible...

Une prison c'est quatre murs et, à l'intérieur de ces quatre murs pas toujours infranchissables, des dizaines de murs invisibles de l'extérieur.
La prison est un vase clos fait de béton, de barreaux, de fil de fer barbelé, du bruit énervants des trousseaux de clés, de vociférations de gardiens, de cris de détenus que l'on torture illégalement, de laideur.
Tout cela pour rabaisser la personne humaine à la condition infra humaine que l'on ne doit pas comparer à celle des animaux.
Le prisonnier y est enfermé et surveillé nuit et jour dans tous ces mouvements.
Cependant aucune prison de cette nature ne peut le délester de ses facultés de se construire un monde virtuel où il s'évadera grâce à son imagination.
Aucune prison de cette nature ne peut tuer en lui l'espoir d'une libération ou d'une évasion.
Mais il y a une autre prison sans un mur, sans un barreau, sans un centimètre de fil de fer barbelé.
Une prison sans bruit de clés, sans vociférations de matons provocateurs, sans coups de matraque dégrandants.
Elle est en nous.
Elle est construite par l'environnement culturel, social, économique, politique. 
Ses barreaux sont les lourdes traditions, le conservatisme, le milieu professionnel source d'insatisfaction et d'harcèlements moraux et physiques, la peur de l'échec, la routine.
Cette prison n'autorise ni le rêve ni l'espoir.
Elle génère le renoncement, la résignation, l'autodestruction.
Pour beaucoup d'entre-nous la recherche d'une sortie aboutit fatalement à la consommation excessive de psychotropes, d'antidépresseurs chimiques et alimentaires, de stupéfiants, d'alcool et autres produits pharmaceutiques qui procurent l'illusion éphémère de bien-être et qui deviennent rapidement inefficaces d'où le recours à des produits plus forts en dosage, plus nocifs. Ce qui mène à l'autodestruction physique.
Souvent lentement.
Parfois de manière brutale, irrémédiable.
Personne ne peut dire combien d'Algériennes et d'Algériens sont prisonniers à l'intérieur d'eux-mêmes à cause de l'environnement culturel, politique, social, économique mais aussi à cause du milieu professionnel où la compétence et l'honnêteté n'ont pas de place.
Pour nous les indicateurs sont nombreux.
La vertigineuse augmentation, d'année en année, de la consommation des stupéfiants*, des psychotropes, des antidépresseurs, de l'alcool**. Ce qui se traduit par l'agressivité, l'enfermement sur soi, le suicide et la harga... Celle-ci étant considérée comme une manière de se donner la mort, car au moment d'embarquer sur un rafiot déglingué le harrague s'accorde une chance sur dix d'arriver vivant à l'autre rive. "Plutôt nourrir de mon corps les poissons que les vers de terre". Quelle autre devise exprimerait mieux l'état d'esprit d'une personne décidée à en finir avec une situation qu'elle ne tolère plus ?
Dernièrement nous avons enterré un jeune homme. La veille de sa mort il semblait serein, il discutait normalement. Personne ne  pouvait imaginer que le lendemain 'il sautera du 5ème étage d'un immeuble.
Il a vécu pendant des années dans sa prison intérieure. Conflit familial et chômage l'ont jeté dans la consommation de la drogue et le désespoir.
------

Hocine Mahdi

------------------Le 11 Septembre 2012
------------------------------------------
*) Depuis une quinzaine d'années les stupéfiants et les psychotropes sont saisis par tonnes aux frontières et à l'intérieur de notre pays.
**) L'eau de cologne est bue à la place des vins qui ne sont plus à la portée de toutes les bourses.
  

Syrie/Iran : Les Russes Avouent, Les USA Se Taisent...

Finalement le misnistre russe des affaires étrangères joue cartes sur table tandis que les USA et les Européens continuent de cacher leurs véritables motifs.
-"Le boycott qu'exercent l'Union européenne et les USA contre la Syrie et l'Iran fait du mal à l'économie russe". a déclaré hier le ministre russe.
Il a mis du temps pour l'avouer mais il l'a fait en langage clair et la voix ferme.
Pourquoi Européens et Américains ne reconnaissent-ils pas que le massacre des civils en Syrie ne leur fait ni chaud ni froid ?
Tout le monde pense que, pour les USA, le démembrement de la Syrie et de l'Iran signifie la consolidation de la sécurité du colonialisme sioniste en Palestine et au Golan.
Il signifie également la récupération total des richesses énergétiques et la domination politique de toute la région.
Quant à l'Europe, elle retrouvera un important marché en évoluant dans le giron des Américains.
Que meurent tous les Syriens, tous les Iraniens, tous les Palestiniens.
Ce ne sont pas les USA, les Européens et les Russes qui se poseront des problèmes de conscience.
Les Russes ont eu le courage politique de le reconnaitre.
Les USA ne le reconnaîtont jamais.
Les Européens feront comme les Américains.
Mais à qui la faute ?
Aux dictateurs sanguinaires dont la gouvernance archaïque et la répression barbare contre les citoyens prédisposent ceux-ci à la manipulation des grandes puissances. 
-----------
Hocine Mahdi
----------------Le 11 septembre 2012    

Friday, September 07, 2012

Erdogan : Locomotive pour wagons poussifs

Il ne fait plus de doute que Netanyahu, comme l’avait fait Botha en Afrique du Sud, ne cédera aucune concession à Mahmoud Abbas si l’ONU n’engagera pas une épreuve de force contre lui.
Le seul problème que craint tout le monde ce sera le veto de Barack Obama annulant des sanctions tardives et bien méritées. Comme toujours dès qu’il s’agit de la question palestinienne Washington piétine tout le monde et toutes les lois. A notre humble avis le veto américain est facilement contournable pour peu que la Ligue arabe prenne le relais de l’ONU et décide à son niveau des actions énergiques.
On le sait bien, parmi les dirigeants arabes serviles, selon nous, mais qualifiés pompeusement de «modérés» par l’Occident flatteur l’idée du boycott butera sur des réticences inflexibles. Elle a une chance sur trois de franchir le rubicon.
Motif : la peur panique de contribuer à la naissance d’une réelle démocratie à leurs frontières. Ce que ni les dirigeants arabes ni les dirigeants de l’Occident civilisateur ne veulent au Moyen Orient et en Afrique.
A moins que la locomotive turque prenne sur elle de tracter les waggons poussifs de la Ligue arabe pour contribuer à l’instauration d’une paix juste et durable au Moyen Orient malgré les vils calculs des Américains.
Barack Obama étant ligoté par ses compromissions avec l’AIPAC et les conservateurs du Congrès, les Palestiniens n’ont plus que le premier ministre turque Tayeb Rajeb Erdogan qui ait assez de courage politique et de crédibilité internationale pour engager l’épreuve de force contre Netanyahu :
Un boycott général et la rupture des relations diplomatiques, commerciales et militaires de tous les pays arabes.
Les réticences de Barack Obama à exercer des pressions efficaces sur les hordes sionistes sont les résultats des désaccords des dirigeants arabes sur des actions pertinentes qui ont prouvé leur efficacité en diverses occasions.
L’Afrique du Sud, qui est autrement plus puissante que le mini Etat fantoche sioniste, en est un bel exemple. Le boycott, pourtant peu respecté par les Européens et des multinationales occidentales, avait mis fin à l’apartheid plus rapidement que ne l’espéraient ses inspirateurs.
Au moment où la propagande sioniste prête à Tayeb Rajeb Erdogan (Tayepp Racepp Erdogan pour les Occidentaux) l’intention de rétablir les relations avec Netanyahu sans exiger le déblocage de Gaza, nous avons entendu le premier ministre turque dire le contraire. Celui-ci n’acceptera l’indemnisation de ses compatriotes qui furent assassinés que si les hordes sionistes demanderont pardon et lèveront le blocus de Gaza. Nous pensons qu’il est sincère et plus déterminé que jamais d’œuvrer pour la libération de la Palestine, quitte à bousculer les monarques made in British et malgré Hosni Moubarak qui lui met les bâtons dans les roues pour une ridicule question de leadership. Nous pensons également que ses exigences sont nettement insuffisantes s’il espère briser l’arrogance de Netanyahu et inciter Obama à mesurer ce que l’Amérique perdra au Moyen Orient si elle continuera de protéger le colonialisme en Palestine.
Erdogan nous a plus d’une fois prouvés qu’il est mû par des principes louables à l’égard d’un peuple abandonné par l’ONU aux ogres américains et sionistes.
Qui oubliera la scène où, les yeux dans les yeux, il avait accusé Pères d’auteur de crimes contre l’humanité ?
Scène filmée et diffusée en direct et en mondovision qui a scandalisé Washington, Londres, Berlin, Paris, Ryad, le Caire, Rabat mais qui a agréablement surpris les citoyens Arabes ainsi que les humanistes de tous les continents.
Du jamais vu entre deux Etats qui entretiennent de très bonnes relations dans les domaines les plus sensibles : militaires, sécurité, recherches scientifiques de très haut niveau.
Après un bras de fer aussi risqué pour sa carrière politique et sa vie Erdogan ne va pas se contenter seulement d’excuses hypocrites et d’une levée partielle du blocus de Gaza. Nous souhaitons qu’il s’engagera un peu plus même si les dictateurs arabes ne l’aiment pas plus qu’ils n’aiment le peuple palestinien et leurs propres peuples, même si Netanyahu le déteste et attend avec impatience l’élection d’un autre premier ministre turque moins indépendant de Washington, moins lucide et moins courageux que lui.
Dans la région il est, présentement, le seul à pouvoir initier une action de contournement du veto US au Conseil de sécurité pour garantir aux Palestiniens un Etat viable dans les frontières qui furent décidées par l’ONU en I948. Ce que nous considérons comme la plus grosse arnaque du colonialisme anglais commise contre une nation au nom de la légalité internationale . C’était aussi criminel que l’invasion et la destruction de la nation irakienne décidées par l’Etat voyou US et soutenu par l’Angleterre au nom de l’ONU. Sur un simple mensonge.
-------------
Le 16 décembre 2010
MAHDI HOCINE
-----------------------
-----------------------------------------------------------------------------

S. O. S. Peuple en danger d’extinction !


Nos craintes sont confirmées. La décision de la ligue arabe de s’adresser au Conseil de sécurité de l’ONU pour dénoncer la colonisation de la Palestine n’a pas une chance sur cent millions d’aboutir. Barack Obama et sa clique d’exterminateurs ont informé hier Amr’ Moussa et Mahmoud Abbas que le veto US étouffera toute tentative de recours à la légalité internationale sur tout ce qui concerne le devenir du peuple Palestinien pour lequel ce premier jour de l’année 2011 annonce une autre nekba.
Ne cherchons pas les raisons qui poussent l’Etat voyou US de piétiner la légalité internationale dès qu’il s’agit du Moyen Orient et du colonialisme en Palestine, dont Il en a fait illégalement sa propriété privée.
Comme il a fait de l’ONU une annexe de son administration grâce au droit de veto que lui a consenti la légalité internationale.
C’est là tout le paradoxe.
Logiquement un Etat immature et terroriste comme les USA ne doit pas disposer d’une arme aussi redoutable que le droit de veto qui l’autorise d’écraser des peuples sans leur faire directement la guerre.
Que va faire l’Europe qui condamne la colonisation en Palestine mais n’ose pas aller au delà des déclarations de principe pour ne pas contrarier son puissant allié envers lequel elle a de grosses dettes ?
Que vont faire les dirigeants arabes de service, dits modérés et les autres, qui ne savent que broder des discours de circonstance mais qui, d’une manière ou d’une autre, ont toujours été sous la coupe de l’administration américaine ?
Ah, si l’Union Européenne avait une réelle volonté d’assumer ses responsabilités au sein du quartette ! Mais elle est coincée par son lugubre passé de collaboratrice avec Hitler dans l’extermination, des handicapés, des juifs, des communistes, des tziganes etc. Elle n’osera même pas menacer les hordes sionistes d’un boycott comme elle l’avait fait contre l’apartheid en Afrique du Sud. Pourtant ne reste vraiment que cette mesure pour que renaisse l’Etat Palestinien et revienne la Paix très rapidement au Moyen Orient.
Les humanistes du monde entier tout comme les politiciens ont bien conscience que le peuple palestinien restera en danger tant que l’Etat voyou US l’isolera de l’ONU en abusant de son droit de veto et en couvrant diplomatiquement l’extension criminelle des colonies sionistes. Il leur appartient de relayer l’appel au boycott en usant de tous les supports possibles (presse, médias lourds, Internet). Après plus de trente ans de négociations stériles le boycott s’impose pour aboutir à une solution équitable. Pour éviter une explosion. Les génocides genre Gaza, ça suffit ! Ne poussons pas les Palestiniens au désespoir qui les conduira fatalement aux attentats suicides que désire provoquer Netanyahu en vue de desserrer la pression internationale qui s’exerce depuis le génocide de Gaza sur son gouvernement raciste
--------------------
Le 2 janvier 2011

Mahdi Hocine

-----------------------------------------------------------------

Le clan Gbagbo, une cible plus facile que le clan Pères ?

Avez-vous remarqué avec quelle célérité et avec quelle belle unanimité Obama, Hillary, Sarkozy, Ocompo, Ashton au nom de l’UE, l’ONU, ont lancé leur ultimatum au fraudeur Gbagbo qui n’a fait ni mieux ni pire que ses pairs d’Afrique, du Maghreb et du Moyen Orient pour s’accrocher au pouvoir. En décembre 2010 Moubarek avait emprisonné tous ses rivaux qui pouvaient balayer son parti du parlement, le mettre en minorité et le contraindre à une cohabitation avec des démocrates, des légalistes ou autres. Ses sbires avaient même menacé El Baradaï de mort pour lui barrer la route de la présidentielle.

Fraude massive, agression contre les candidats de l’opposition ‘’légale’’ et les électeurs, amendement de la constitution, manipulation des listes électorales, état d’urgence pour tétaniser le pluralisme politique…Quel est le président candidat à sa propre succession après la fin du premier mandat en Afrique et au Moyen Orient qui n’a pas fait et refait cela à chaque nouvelle échéance électorale ? Combien de dictateurs ont été réelus de la même manière que l’Ivoirien sans s’attirer les foudres de l’Occident civilisé et « démocrate », lequel Occident continue d’entretenir des relations d’affaires malodorantes avec eux sans la moindre gène ?

Pour Gbagbo, que protégeait Sarkozy, c’est la routine. Mais dans cette affaire qui est un grand drame pour le peuple ivoirien qui végète toujours sous le régime néocolonial français, ce qui nous met en colère c’est que, subitement, le procureur du Tribunal Pénal International ait agi comme s’il était indépendant du Conseil de sécurité onusien.

Ocompo nous avait toujours expliqué sans jamais nous convaincre que ses prérogatives sont tributaires d’une saisine du Conseil de sécurité, qu’il ne pouvait engager une procédure de son propre chef. Mais voici que son masque est tombé ! Il est libre de menacer, de surveiller, de ficeler un dossier contre Gbagbo mais pas pour enquêter sur les génocides de Sabra, Chatila, Canaa, Gaza.

Le clan Gbagbo étant composé de lièvres plus facile à chasser que la meute de « sharognards » pistonnée par l’AIPAC et couvée par Washington.

A partir d’aujourd’hui les peuples anciennement et actuellement colonisés savent que les magistrats du Tribunal pénal international sont indépendants s’ils désirent l’être. Le collectif des avocats de Sabra, Chatila, Gaza ont là l’opportunité de bouger pour que le procureur Ocompo cesse de pratiquer le système des « deux poids deux mesures ».

Les institutions de l’ONU étant au service de l’humanité pas de Washington.
-------------------------------
Le 16 décembre 2010

Mahdi Hocine

---------------------------------------------------------------------------

Que veut encore George Mitchell ?

L’envoyé spécial de Barack Obama a repris ses navettes en Palestine occupée, mais cette fois sans l’illusion de convaincre l’autorité palestinienne de s’enfoncer un peu plus dans les marécages des concessions unilatérales. Mahmoud Abbas ayant tout donné aux sionistes sans rien recevoir en contrepartie sinon des paquets de dollars qui n’empêchent pas la misère morale et matérielle d’empoisonner la vie des citoyens et de les inciter à soutenir la révolution armée sinon de s’y engager.

–‘’ Gardez vos dollars mais rendez-nous nos terres, nous ne demandons rien de plus que nos terres et la paix’’-.

C’est ce que les Palestiniens n’arrêtent de répéter à tous les George Mitchell qui se succèdent, leurs valises remplies de promesses vaseuses et de mensonges.

Bush leur avait promis l’indépendance pour 2005. Pendant son règne ils ont subi une accélération démentielle de la colonisation financée par l’argent des Américains et, pour achever son second mandat en beauté, il leur avait offert le génocide de Gaza qu’il a lui-même avalisé en s’appuyant sur la complicité de Hosni Moubarek, de Abdallah le Saoudien, de Mahmoud Abbas et autres monarques empaillés du Moyen Orient qui croyaient l’armée sioniste désireuse de liquider le gouvernement du Hamas qui est involontairement ou non son meilleur allié sur le plan de l’efficacité de sa stratégie diplomatique et de propagande de victimisation en Europe et aux Etats-Unis où elle dispose de très influents relais intellectuels et médiatiques qui sont capables de transformer un crime crapuleux en un acte de légitime défense.

Contrairement à son habitude l’envoyé spécial de Barack Obama n’est pas retourné directement au bercail. Il a fait une halte remarquée auprès de Catherine Ashton de l’Union Européenne ensuite il s’est rendu chez le plus pro américain des présidents qu’a eu à supporter la république française, le sautillant Nicolas Sarkozy.

La veille nous avions eu une belle surprise : la commission des affaires étrangères de l’Union Européenne réunie à Bruxelles avait annoncé son intention de reconnaître le moment venu (quand ?) l’Etat palestinien tout en appelant les hordes sionistes de stopper la colonisation qui est illégale et freine les négociations de paix. Ce qui ne peut ressembler qu’à une condamnation sans équivoque des pratiques sionistes en Cisjordanie et à El Qods. Pratiques criminelles couvertes par l’Etat US mais aussi encouragées par le laxisme presque maternel des autres membres du quartette qui s’est chargé de l’impossible mission de créer un Etat palestinien « viable » en s’interdisant d’appliquer des sanctions contre les forces sionistes d’occupation. Gros problème d’éthique : Les Européens sont plombés par un lourd complexe de culpabilité, qui remonte à la période nazie, à l’égard des hordes sionistes. Mais ce sont les Palestiniens en particulier et les Arabes en général qui paient les pots cassés.

Mitchell n’a-t-il pas reçu de son empereur Obama l’ordre d’aller en vitesse suggérer ou ordonner à Ashton et à Sarkozy de ne pas se mêler de ce qui ne les regarde pas. Washington considérant que le COLONIALISME en Palestine est une affaire entre elle et ses arabes de service?

D’ailleurs, une phrase de Mitchell (plagiée sur Netanyahu) confirme nos pensées :

Les Palestiniens ne doivent pas prendre des décisions unilatérales s’ils désirent s’épargner l’usage du droit de veto par les USA au Conseil de Sécurité.

Ils ne doivent pas s’adresser à l’ONU qui, de toute façon, ne peut rien décider sans l’aval de Hussein Barack Obama ou de ses successeurs.

Ils ne doivent pas lancer des appels aux autres nations pour reconnaître un Etat palestinien qui n’a pas une chance d’exister dans vingt ans ou qui n’existera que dans la forme embryonnaire que voudront lui donner Washington et les hordes sionistes en attendant la mort et l’exil programmés de tous les Palestiniens.

Nous avons déjà une piste très sérieuse.

Obama n’a-t-il pas sévèrement critiqué le chef d’Etat du Brésil souverain pour avoir reconnu l’existence d’un Etat Palestinien dans ses frontières de 1967 ?

Hillary Clinton (comme l’a fait Netanyahu il y a une semaine) n’a-t-elle pas lancé une mise en garde déguisée à tous les chefs d’Etat qui seraient tentés de suivre le mauvais exemple brésilien sur un dossier dont l’ONU a été dessaisie par les USA au profit des hordes sionistes ?

A cause de la partialité de Hussein Barack Obama et de Hillary Clinton tout a changé en pire : le Moyen Orient est redevenu un volcan au bord de l’explosion.
--------------
Le 18 décembre 2010

MAHDI HOCINE

---------------------------------------------------------------------------------

Qui ment ?

Dans son premier discours de l’an de grâce 2011 le tristement célèbre premier ministre des hordes sionistes Netanyahu a dressé un bilan d’activité assez surprenant. Même pour ceux qui connaissent ses dribles verbaux à fin de se donner bonne conscience ou se disculper face à ses détracteurs de la Knesset. Ceux-ci étant mécontents de sa politique dont le résultat le plus visible est la gène qu’éprouvent les amis inconditionnels de l’Etat fantoche sioniste à s’aligner sur ses positions. Notamment sur la poursuite de la colonisation des territoires palestiniens qui a réduit à néant les efforts du quartette tendant à instaurer la paix durablement au Moyen Orient.

-‘’j’ai proposé aux Américains un gel de la colonisation pendant trois mois. Mais ils avaient ignoré mon offre jugeant que la colonisation n’était qu’une question secondaire dans le processus global des négociations’’.

En somme il accuse Obama et Hillary Clinton de lui avoir laissé la liberté de décider.

Obama affirme le contraire.

Netanyahu accuse Mahmoud Abbas d’avoir sabordé les négociations malgré toutes les concessions qui lui ont été faites.

Or le pauvre Abbas n’avait posé qu’une condition : le gel de la colonisation pendant les négociations. Mais Netanyahu, en provocateur professionnel, n’en avait pas tenu compte forçant son interlocuteur de se retirer.

Nous aimerions bien être informés sur la nature des concessions dont parle le sinistre Netanyahu.

La colonisation d’El Qods Est est-elle une concession ?

La création de nouvelles colonies sur les territoires occupés est-elle une concession ?

L’expropriation des familles palestiniennes chrétiennes et musulmanes est-elle une concession ?

L’expulsion, l’emprisonnement et l’assassinat des citoyens d’El Qods Est sont-ils des concessions ?

La répression barbare contre les manifestants chrétiens, juifs, musulmans et athées qui revendiquent le démantèlement du mur de la honte et des colonies pour assurer la viabilité du futur Etat palestinien est-elle une concession ?

Nous n’avons pas vu autre chose que cela en 2010 avant, pendant et après les négociations.

Netanyahu a accusé sans le nommer Erdogan d’entraver la reprise des relations entre les deux pays. Mais il ne dit pas pourquoi. Or le premier ministre turque avait formulé une demande raisonnable que Netanyahu n’a pas honorée par orgueil. Les hordes sionistes ont été, sont et resteront toujours des assassins qui crient au meurtre contre leurs victimes et tous les Occidentaux tombent dans le piège, volontairement. Pourquoi ???
-----------
Le 3 janvier 2011

Mahdi Hocine

-------------------------------------------------------------------------


La Montagne Qui Accouche D’un Cafard

L’Afrique du Sud, l’Allemagne et l’inde ont enfin accédé au Conseil de l’ONU. Il parait que c’est une réforme attendue depuis très longtemps.

Que peuvent apporter ces pays de nouveau, d’utile à une institution malade du droit de veto qui la paralyse ? Nous osons affirmer que rien ne changera tant que les décisions qui sont adoptées à l’unanimité moins une ou deux voix sont annulées par l’usage immodéré, injustifié, souvent crapuleux du veto.

Dans des situations gravissimes nous avons eu à observer des marchan- dages inhumains, des comportements de voyous, des chantages odieux pour l’amendement des résolutions qui déplaisent aux Américains, aux Anglais, aux Français et aux sionistes. On ne dirait pas que ce sont des hommes d’Etat responsables qui débattent en vu de régler un grave problème qui se pose à une nation. C’est à coups de menaces et de corruption que les voix sont orientées vers la solution voulue par les grandes puissances, l’Etat voyou US en tête.

Dans ses conditions à quoi sert l’ONU ?

------------------------
Le 3 Janvier 2011

Mahdi Hocine

--------------------------------------------------------------------------

Thursday, September 06, 2012

Morsi, un démocrate barbu ?

Dans un discours tranchant en ouverture de la 138ème réunion des ministres des affaires étrangères de la ligue des dictateurs arabes Morsi a pris une position très ferme sur la question palestinienne.

Selon lui la paix dans le monde arabe est impossible sans l'indépendance de la Palestine.

Sans le dire clairement il ne voit que deux pays au monde qui soient favorables à la colonisation des territoires palestiniens occupés : les USA et Israël, le veto américain ayant bloqué 77 fois les résolutions de l'ONU préconisant un réglement équitable et durable du problème. 

Par conséquent, si les arabes ont une réelle volonté  de défendre les droits du Peuple Palestinien ils n'ont qu'une solution : négocier directement avec Barack Obama qui a renié tous ses engagements de 2009. Dans cette perspective deux rois ont la possibilité de conduire les négociations au nom des Arabes : ceux de l'Arabie Saoudite et du Qatar, malgré leurs liens étroits avec le régime d'apartheid sioniste.

Le reste des pays arabes n'est que poussière sur l'échiquier politique international.

Nous n'avons repris que ce volet du discours de Mohamed Morsi que parce que les médias Occidentaux l'ont occulté.

Américains, Anglais, Allemands, Français l'ont volontairement passé à la rubrique des chiens écrasés alors que le président égyptien lui a consacré une partie très importante de son intervention. Une partie aussi importante que celle consacrée à la Syrie que tous les analystes ont décortiquée à la loupe pendant des heures sur tous les plateaux TV.

Nous rappelons au passage que Barack Obama a exigé des roitelets et des dictateurs arabes d'oublier la question palestinienne jusqu'à sa réélection. Mohamed Morsi semble avoir désobéï à cette injonction.

Mais ce n'est pas le seul point de son discours qui nous a surpris.

D'entrée Mohamed Morsi a lancé un défi aux roitelets et aux dictateurs arabes en s'adressant à leurs ministres :

- "Donnez aux citoyens la liberté de choisir leurs dirigeants".

Une pique que les ministres des affaires étrangères arabes n'ont guère appréciée. Les enturbannés comme les costumés. Mais ils n'ont pas protesté.

Ce n'est qu'un discours, hélas !

Il est beau.

Mais il sera plus beau s'il sera traduit en  actes.

C'est ce qui manque dans le monde arabe.

Des présidents qui font ce qu'ils disent.

--------

Hocine Mahdi 

--------------Le 6 septembre 2012

 


  

Wednesday, September 05, 2012

L'ALGERIE EST-ELLE STéRILE ?

Jusqu'à quand allons-nous continuer de tourner en rond.
Toujours les mêmes hommes,
Toujours les mêmes promesses.
Reprenez toutes les déclarations des chefs de gouvernement nouvellement promus.
C'est du copier-coller intégral à la virgule près.
Réexaminez leurs bilans. 
Ce n'est jamais le 1/10ième de leurs engagements. 
C'est un énorme gâchis.
Est-ce anormal ?
Est-ce étonnant ?
Absolument pas.
Car la formation d'un nouveau gouvernement chez nous
C'est la récupération dans les caves et les greniers du sérail
D'hommes et de femmes qui ont de tout temps été dans les rouages du régime,
A divers échelons des diverses hiérarchies.
Dociles exécutants d'ordres venus d'en "haut"
ils montent en grade selon des critères qui n'ont rien à voir
Avec les qualités intrinsèques du responsable au sens noble du terme :
Vis-à-vis de sa propre conscience,
De son pays,
Des lois de son pays,
Des citoyens.
Le programme  présenté par Sellal
Ressemble point par point à celui de Ouyahia et de ses dévanciers.
Il est irréalisable.
Une raison à cela :
Depuis 1980 c'est le même programme qui est récité
Par le nouveau promu au poste de chef du gouvernement.
Mais sur le terrain les problèmes ne cessent de s'aggraver.
C'est toujours le replatrage,
La dilapidation des deniers publics,
L'exclusion des compétences. 
Cela a commencé par le démantèlement de centaines d'unités de production
Qui étaient très mal gérées mais qui pouvaient devenir
Performantes et créatrices de richesses et d'emplois.
Il ne manquait que la volonté politique de libérer l'esprit d'initiative
Sans tomber sous le charme trompeur de l'ultralibéralisme sauvage.
Sellal nous parle de la relance économique promise il y a trente ans.
Il faut avoir un système économique lisible et en maitriser les rouages 
Pour parler de relance. 
Or ce n'est pas le cas chez nous.
L'ancien chef du gouvernement Ouyahia a reconnu récemment
Que l'économie algérienne est entre les mains d'une poignée d'intouchables*.
L'Etat a rétrocédé le monopole qu'il détenait sur le marché
A quelques personnalités du sérail
Au lieu de promouvoir une concurrence loyale
Pour stimuler l'investissement productif et les bonnes volontés.
Ouyahia sait de quoi il parle puisque le monopole du transport des universitaires
Est détenu à travers le pays par une seule personne
Qui est payée par le ministère de l'Enseignement Supérieur
Et de la Recherche scientifique
Lequel  reçoit ses ordres du chef du gouvernement Ahmed Ouyahia.
C'est la même chose pour toutes les activités en Algérie.
Le marché algérien est dominé par des affameurs,
Des spéculateurs, des maquignons
Qui forment une puissance malfaisante capable de tous les crimes
Et qui n'hésitera pas d'embraser le pays si elle sentira ses intérêts menacés.
Elle nous en a fait la démonstration quand le ministre du commerce avait décidé
De combattre le commerce informel qui est nourrit
Par les importateurs de n'importe quoi.
C'est le résultat de 32 ans d'absence de l'Etat.
Au lieu de s'attaquer aux problèmes Bouteflika a basé sa politique
Sur la distribution et la dilapidation de la rente pétrolière.
A tel point que l'Algérie importe tout ce qu'elle consomme
Alors qu'elle peut et doit le produire
Pour consolider son indépendance et accéder à un palier supérieur
Du développement économique, technologique, industriel et scientifique.
Quant aux secteurs de l'éducation, de la santé, de l'Injustice, de l'emploi,
De la Recherche scientifique, de la formation professionnelle,
Des infrastructures, de l'environnement,
Nous ne toucherons pas au couvercle du puits...
Nous ne prendrons que quelques exemples :
1°) - On offre un salaire improductif et un emploi temporaire à des milliers de jeunes pour les supprimer des statisques du chômage à chaque renouvellement du contrat. Une même personne figure tous les ans sur la liste des créations d'emplois par un simple jeu d'écriture alors qu'elle continue d'occuper le même poste de travail précaire. En même temps des Chinois, des Pakistanais, des Bingalais, des Hindous construisent nos logements.
2°) - Des centaines de milliards sont dilapidés dans des infrastructures et des routes qui deviennent impraticables quelques jours ou quelques semaines après leur inauguration alors qu'elles sont payées deux à trois fois.plus cher qu'aux USA par kilomètre.
3°) - Les élèves du cycle primaire passent au moyen et au secondaire sans savoir ni lire ni écrire correctement. Même avec des diplômes universitaires ils seront incapables de rédiger une lettre, d'analyser un document de travail.
4°) - A cause d'une prise en charge déficiente dans nos hôpitaux, de la sous exploitation des équipements, de la double fonction des médecins** dans les cliniques privés, des pénuries de médicaments, des malades meurent bien que leur état de santé soit guérissable.
Sellal est un enfant du sérail.
Plusieurs fois wali, deux fois ministre dans des gouvernements qui ont freiné le décollage industriel et économique du pays en dilapidant des centaines de milliards de dollars et, paradoxalement, en aggravant la pauvreté, le chômage, la désespérance, c'est le long cursus de Sellal dans les rouages du pouvoir.
Que va t-il pouvoir faire de mieux au poste de premier ministre en l'absence de la volonté politique de reconnaître la souveraineté citoyenne, de liberer la justice, d'instaurer un Etat de droit ?
Pacifiquement.
Sans effusion de sang.
Sans ingérence des Occidentaux qui ont l'expertise d'aggraver les désordres dans les pays arabes mal gouvernés pour récupérer les révoltes populaires au nom des droits de l'homme qu'ils refusent d'appliquer au peuple palestinien.
Même si Abdelmalek Sellal  désire gouverner correctement le pays il n'aura pas les mains libres face aux forces de pression qui ne peuvent prospérer que dans le désordre et l'Etat de non droit.   
-----------------

Hocine Mahdi

-----------------Le 5 septembre 2012
----------------------------------------
*) Bouteflika a fait le même constat en 1999 mais il a laissé la situation s'aggraver.
**) Des médecins, fonctionnaires de l'Etat, font courir les malades pendant des mois pour les épuiser et puis les orientent vers une clinique privée où ils excercent en parallèle.Ce qui jette le discrédit sur le secteur public et ruine les malades..    

Monday, September 03, 2012

SENSATION ou ILLUSION

Hier toute la soirée

J'ai survolé la planète

Sur un tapis volant

Ce n'était pas un rêve

Ce n'était pas un mirage

C'était une sensation

De liberté et de plènitude

Alors que je n'ai pas brisé

Mes chaînes d'esclave

---------

Hocine Mahdi

-----
Le 2 septembre 2012
----------------------